Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Fiche disque de ...



Hubert-Felix Thiefaine - 113 ème cigarette sans dormir

Voir du même artiste


Titre : 113 ème cigarette sans dormir


Interprète : Hubert-Félix Thiéfaine


Année : 1981


Auteurs compositeurs : H-F. Thiéfaine


Pochette : Ruiz & Carlier


Durée : 4 m 36 s


Label : Sterne


Référence : STE 26515


Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

Personne n'a cette chanson dans ses favoris

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

Les enfants de Napoléon
Dans leurs mains, tiennent leurs roustons
S'ils ont compris tous les clichés
Ça fera d'la bidoche pour l'armée

Les partouzeurs de miss métro
Patrouillent au fond des souterrains
Mais ils rêvent d'être en hélico
À s'faire de nègre et du youpin

Les vopos gravent leurs initiales
Dans le brouillard des no man's lands
Et les démasqueurs de scandales
Prennent le goulag pour Disneyland

Les gringos sortent un vieux crooner
Pour le western du silence
Demain, au Burgenbräukeller
Je lèguerai mon âme à la science

Car moi je n'irai pas plus loin
Je tiens ma tête entre mes mains
Guignol connais pas de sots métiers
Je ris à m'en faire crever !

Le petites filles de Mahomet
Mouillent aux anticoagulants
Depuis qu'un méchant gros minet
Joue au flipp' avec le Coran.

Les dieux changent le beurre en vaseline
Et les prophètes jouent Dracula
S'il vous reste un fond d' margarine
J'en aurai besoin pour ma coda

Car moi je n'irai pas plus loin
Je tiens ma tête entre mes mains
Guignol connais pas de sots métiers
Je ris à m'en faire crever !

Tu traînes ta queue dans la chaux vive
Et t'hésites à choisir ton camp
T'as des aminches à Tel-Aviv
Et des amours à Téhéran

Si tu veux jouer les maquisards
Va jouer plus loin, j'ai ma blenno
Tu trouveras toujours d'autres fêtards
C'est si facile d'être un héros

Mais moi je n'irai pas plus loin
Je tiens ma tête entre mes mains
Guignol connais pas de sots métiers
Je ris à m'en faire crever !

Retour aux joints et à la bière
Désertion du rayon képis
J'ai rien contre vos partenaires
Mais rien contre vos p'tites sœurs ennemies

Manipulez-vous dans la haine
Et dépecez-vous dans la joie
Le crapaud qui gueulait : "je t'aime"
A fini planté sur une croix !

Et moi je n'irai pas plus loin
Je tiens ma tête entre mes mains
Guignol connais pas d'sots métiers…
Non moi je n'irai pas plus loin
Je tiens ma tête entre mes mains
Guignol connais pas d'sots métiers
Je ris à m'en faire crever

À m'en faire crever
À m'en faire crever
À m'en faire crever

(Arsenic is good for you)
À m'en faire crever
(Arsenic is good for you)
À m'en faire crever
(Arsenic is good for you)
À m'en faire crever
(Arsenic is good for you)
À m'en faire crever
À m'en faire crever…

Transcripteur : Dam-Dam
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

4 commentaires
Dam-Dam Le 30/05/2021 à 22:09
Les paroles : [Merci !]

Prestation télévisuelle :


Le live :

fperot Le 31/05/2021 à 13:00
Deux petits points notables dans la version live du commentaire ci-dessus :
* la variation dans les paroles : "à m'en faire crever… en enfer, crever"
* la prestation d'un jeune guitariste (pas celui qui est à côté de Hubert-Félix sur la vignette de la vidéo) qui n'est autre que Lucas, l'un des fils de Thiéfaine pour qui Hubert-Félix avait écrit "Tita dong-dong song" dans son album "Fragments d'hébétude". Le chanteur avait également écrit "Septembre rose" pour la naissance de son premier fils Hugo en 1986
hre mgbye Le 31/05/2021 à 13:02
    On notera qu'à part le titre, qui n'a d'ailleurs aucun rapport avec la chanson (une tradition chez Thiéfaine), cette chanson n'a rien à faire dans la thématique « tabac » !
Claude Bukowski Le 06/06/2021 à 21:47
L'album que j'écoutais en boucle en 1982-1983 quand je n'avais pas le moral.
Ben oui vous vous imaginiez quoi, que j'allais me passer l'intégrale de Chantal Goya ? Quand on a le blues, on n'a qu'une envie, c'est de s'enfoncer un peu plus profond.

Merci à Hubert-Félix pour tous ces instants de partage intense !

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !